18 janvier 2017

The Hanging Tree – Delmer Daves


Après ma lecture éblouie de la novella la colline des potences, j'appréhendais un peu de voir le film qui en a été tiré en 1959, avec Gary Cooper et Maria Schell. J'avais tort, c'est formidable ! 


Le film est très proche du récit de Dorothy Johnson. Les paysages sont magnifiques, la reconstitution du camp de chercheurs d'or très crédible. Gary Cooper incarne un très beau docteur Frail, plus costaud que celui que j'imaginais dans le récit, mais très réussi psychologiquement, aussi bien dans la bonté que dans la cruauté. Les seconds rôles sont splendides (Karl Malden fait un très beau Frenchy Plante) et le personnage de la femme perdue est très fort. Les scènes finales avec les flammes et l'étrange danse païenne de destruction sont mémorables. 



Bref, vous avez envie de voir un western "classique", très bien écrit, bien joué, bien filmé, avec de beaux paysages et des acteurs qui envoient ? Ce Hanging tree vous rendra heureux.
(et je n'avais jamais vu de films avec Gary Cooper !)




17 janvier 2017

Hospitalités - à Vidy

Parler de ce spectacle nécessite un peu de mise en contexte.



Voici comment le théâtre de Vidy le présente :
Massimo Furlan a proposé à la municipalité de La Bastide-Clairence, bourgade du pays basque, d’annoncer l’ouverture d’un centre d’hébergement de migrants en vue de régler le problème des loyers trop élevés dans le village. Ce qui devait être une fiction est devenu réalité.

La lecture du livret nous renseigne un peu plus : un artiste (M. Furlan, donc), monte une "farce" annonçant l'ouverture d'un centre d'hébergement pour migrants dans ce joli village historique. Finalement, après 2015, une association se forme dans le village qui se bouge pour accueillir réellement des migrants sur place, et une famille syrienne est maintenant logée dans le village, l'association faisant de gros efforts pour son intégration. Nous comprenons que le spectacle va nous parler de cette histoire et que les personnes sur scène seront des habitants de la Bastide-Clairence.
Cette histoire me touche naturellement beaucoup, parce qu'elle fait écho à des choses que nous avons vécues dans notre joli petit village historique au pied du jura suisse. Le fait de transformer une expérience politique collective en expérience théâtrale nous parle également: nous avions beaucoup aimé le travail fait par l'ARAVOH dans notre région.


Le spectacle, maintenant.
Dans une première partie, les neuf intervenants, des habitants du village, disent chacun un texte qu'ils ont écrit, face public. Les textes parlent de leur histoire, leur travail, leurs racines, ce qui les lie au lieu. Ces gens sont très beaux, qui parlent courageusement d'eux-mêmes, de leurs histoires: la championne du monde du Fandango, comment on fait une carrière de maire, les migrations des Portugais dans les années 70, la vie dans une famille avec un enfant handicapé, l'éducation pour une fille de paysans basques très pauvres, la twingo rose du grand-père...
C'est beau parce que les gens sont justes, parce qu'ils font apparaître par leurs récits le monde dans lequel ils vivent.
Au bout d'un moment, les récits évoquent (brièvement) l'accueil de la famille syrienne. Les acteurs prennent alors un moment pour échanger avec le public (échange tout à fait artificiel, je n'ai jamais vu ce procédé fonctionner) avant de reprendre leurs discours alternés, moins pour parler d'eux-même que pour évoquer, de manière plus théorique, l'hospitalité et l'accueil de l'autre.

J'ai beaucoup de respect pour les habitants du village qui sont montés sur scène, ont fait un beau travail sur eux-mêmes et évoqué des choses fortes de leurs parcours et de leur vie. Je suis aussi touché par leur engagement local, dont on comprend bien qu'il est aussi un engagement ensemble. Les textes sont bien, l'action est juste, mais cela suffit-il à faire un spectacle ? Je suis ressorti tout chargé d'émotions. Parmi ces émotions, la colère et un vrai malaise.

De "l'intox" (moralement douteuse) sur l'accueil d'un centre de requérants dans le village et de la discussion sur les prix de l'immobilier, il n'a jamais été question. Du "comment" de l'accueil, des discussions sur les conditions matérielles de ce dernier, il n'a jamais été question. C'est dommage parce que c'est à ce moment que les questions politiques (au sens noble : comment agir ensemble, pour nous, pour eux, pour la communauté) auraient pu être évoquées. Je n'ai pas compris à quoi servait ce spectacle : à transmettre une expérience politique ? A évoquer l'accueil des migrants devant un public méfiant ? Mais le public était entièrement acquis, la réflexion politique était absente, rien ne fâchait, rien ne gênait. Le seul personnage en opposition était un "faux" personnage, incarné sur scène par le metteur en scène (ce simple artifice est d'ailleurs assez moche).
D'un point de vue théâtral, l'ensemble était très pauvre. Quelques trucs faciles, une scénographie minimale. D'un point de vue écriture, si les textes ont été travaillés, ils ne construisaient rien ensemble et restaient tout du long juxtaposés.
J'ai l'impression gênante d'avoir vu un spectacle construit en sélectionnant des habitants d'un lieu intéressant et en utilisant leur vie et leur expérience comme matière, pour gagner facilement l'adhésion du spectateur par un jeu d'empathie facile, le tout sans aucun questionnement moral. Comme si tout geste, parce qu'il est "artistique", n'avait plus besoin d'aucune justification.
Quelles sont les conditions permettant la naissance d'un objet pareil, aussi mal fichu, aussi peu honnête ? Quelles politiques culturelles permettent cela ? Quels jeux sociaux d'auto-réconfort, d'aimables justifications ? On l'aura compris, les interrogations suscitées par ce spectacle sont très loin de l'hospitalité et de l'accueil des migrants.


10 janvier 2017

La jeune fille sans mains – Sébastien Laudenbach

Nous avons eu l'occasion de découvrir ce film avec Rosa grâce à l'excellente programmation du studio des ursulines, rue du même métal à Paris. Juste un mot sur le lieu : le studio des ursulines est un petit cinéma spécialisé dans les films pour enfants, doté d'une seule salle avec balcon, petites colonnes, rideau rouge qui se lève avant le film. Un petit endroit magique qui sait ce que le mot cinéma veut dire.  
Le film nous a été présenté par mademoiselle Chloé, qui a su éveiller notre curiosité et nous donner de bonnes pistes d'observation. Je n'y serais peut-être pas allé spontanément : j'ai une petite méfiance envers les films d'animation d'auteur du genre primés à Annecy, réalisés entièrement par un ancien prisonnier politique adinien qui a gravé les images au poinçon sur des plaques de métal rouillé. Et bien j'aurais eu bien tort.
La jeune fille sans mains a été dessiné par l'auteur, avec de beaux traits d'encre assortis d'aplats de couleur. Vues en statique, les images rendent étrangement. Dans le film, elles sont magnifiques. Les traits incomplets, les figures juste évoquées, aidées la bande son stimulent le travail de l'imagination et font recréer tout un monde. Un monde de conte (inspiré des frères Grimm et adapté pour le théâtre par Olivier Py) : celui d'un meunier si pauvre qu'il vend au diable "ce qui se trouve derrière sa maison" en échange de la richesse. Il pensait vendre le pommier, il donne à la place sa propre fille, installée dans l'arbre qui est son terrain de jeux.


Le film respecte magnifiquement la cruauté du conte, qui verra un père couper les mains de sa fille, et celle-ci traverser mille épreuves difficiles qui pourraient toutes l'avilir mais qui ne font que la grandir. Les clefs symboliques sont tout le temps présentes, l'esprit poétique du spectateur est en alerte. La jeune fille sans mains est un récit d'initiation, une quête, une exploration du corps dans tous ses aspects (scènes sexuelles comprises, traitées avec grande délicatesse), qui ne fait aucune concession sur le récit. Un beau personnage de femme, une histoire puissante et une très grande réussite. J'ai adoré, Rosa aussi.

A voir à partir de neuf ans – l'histoire est dure mais jamais choquante.




Bilan 2016

Si j'en crois les statistiques de ce blog, il a été ouvert voici plus de douze ans, avec la vocation de me servir de mémoire externe pour les livres lus, les films et spectacles vus, mémoire externe, occasion de partage et exercice d'écriture. L'année 2016 aura été la plus prolifique en billets depuis la création du blog, même si on en retire les quelques rediffusions liées à l'actualité. 

Quelques découvertes de l'année écoulée :
Une série SF de qualité
Des alexandrins mordants

Merci à tous de vos lectures, partages et commentaires !


15 décembre 2016

And Then There Were None

Sur le conseil de David C., j'ai regardé la mini-série de la BBC And Then There Were None, adaptée des dix petits nègres d'Agatha Christie. C'est de la bonne came : bien écrite, bien jouée, intelligemment adaptée. Et pas trop longue (3 épisodes d'une heure).



La série est plastiquement très belle, avec une déco et des costumes années 30 magnifiques. J'avais lu le roman il y a longtemps, et si je me souvenais du principe (dix personnes ne se connaissant pas se retrouvent sur une île déserte et meurent les uns après les autres), j'en avais presque oublié le twist (qui est sans importance). 


La série est particulièrement sombre, les personnages sont hantés par des fantômes et par la culpabilité, ils marchent tous aux limites de la folie - on pourrait même trouver une explication fantastique au récit. La noirceur du propos m'a mis mal à l'aise, d'autant qu'on est à peu près certain du fait que même les personnages qu'on trouve sympathiques, à leur tour vont mourir.


Karim Debbache, dans le dernier Chroma, dit avec humour que cette histoire est un des premiers slashers. Il n'a pas tort.



14 décembre 2016

L'inclinaison – Christopher Priest

Sandro Suskind est compositeur. Il a grandi dans une ville bombardée par l'ennemi et grandi dans un pays pressuré par une dictature militaire. Sur l'horizon, visible de ses fenêtres, des îles qui, selon la dictature, n'existent pas: les îles de l'Archipel du Rêve, sur lesquelles il finira par faire une étrange tournée, au détriment de...
L'inclinaison (The gradual, en V.O.) est le troisième livre d'affilée que Christopher Priest consacre à l'Archipel. Il forme un élément d'une collection interne à l’œuvre de l'auteur, après le recueil de nouvelles éponyme et de l'excellente Fontaine Pétrifiante. Loin de l'expérimentation formelle des Insulaires (le récit en est simple et direct, à sa façon toute priestienne) et de l'angoisse étouffante de l'Adjacent, l'inclinaison développe cette émotion particulière de l'errance sur les navires et des découvertes de l'Archipel, qui faisait le charme tout étrange de la Fontaine pétrifiante. A travers les allers et retours du temps, la dérive douce du personnage principal a quelque chose de langoureux, comme une drogue un peu amère mais dont on ne saurait se passer. Les angoisses physiques et sexuelles des autres livres de Priest sont moins présentes, l'auteur nous fait partager une dérive agréable, placée sous le signe du temps et de la création.
L'inclinaison est un livre d'évasion, évasion de l'auteur, évasion du lecteur. Je n'ai pas encore trouvé le chemin pour accéder aux îles sans nombre de l'Archipel du Rêve, espace réaliste où se mêlent le subjectif et l'objectif, le temps personnel et le temps perdu. Je ne sais pas où on achète des billets pour la traversée, mais je ne désespère pas de trouver.

13 décembre 2016

All about Eve – Joseph L. Mankiewicz

Années 50, le milieu du théâtre new-yorkais. Margo Channing, une immense actrice, reçoit un soir une fan éperdue dont elle fait, par caprice, son assistante–secrétaire. Mais la première scène nous a montré que cette fan, Eve du titre, a reçu six mois après le plus grand prix que puisse recevoir un acteur... On va donc apprendre, par une série de flashbacks, comment on en est arrivé là.

Tiens, au fait, vous reconnaissez la femme en blanc qui joue un second rôle dans cette scène ? Elle n'avait pas encore percé, à l'époque...
Je n'en dis pas tellement plus: ce film est un classique, et il est un classique parce qu'il est génial, comme seuls savaient être géniaux les films d'Hollywood de ce temps. Parce qu'il est magnifiquement joué, parce que les femmes y sont incroyablement belles, parce que c'est superbement dialogué et tellement bien écrit. Le récit est vif, souvent très drôle, souvent profond, souvent cruel. Les personnages sont comme nous tous, à la fois humains et monstrueux. Et  Mankiewicz filme les femmes comme personne.